Vincent n’a pas d’écailles : Un poisson nommé Vincent

Vincent n'a pas d'écailles

Réalisé par Thomas Salvador

Avec Thomas Salvador, Vimala Pons, Youssef Hajdi, Nicolas Jaillet, Nina Meurisse...

Genre Comédie Dramatique/Fantastique

Sortie le 18 février 2015

Durée 78 minutes

Note 3,5/5

Pour son premier film après plusieurs courts-métrages remarqués, Thomas Salvador plonge enfin dans le long métrage avec Vincent n'a pas d'écailles. Une bonne surprise originale et minimaliste qui ressemble plus à un film d'auteur romantique qu'au "Marvel à la française" vendu par les distributeurs.

Thomas Salvador joue le rôle titre de Vincent, qui au premiers abords semble être tout à fait normal et quelconque. Toutefois, Vincent a un don : au contact de l'eau, sa force, sa rapidité et son endurance se décuplent.

On rencontre Vincent alors qu'il cherche un boulot dans une petite ville près d'un lac dans le sud de la France et son paysage magnifique. Les décors naturels sont filmés comme des tableaux et apportent tellement à l'ambiance du film qu'ils font parti intégral de la narration. Vincent trouve un travail dans la construction et c'est un bon moyen pour le spectateur d'apprendre comment fonctionnent ses nouveaux pouvoirs.

Lorsque personne ne le regarde, il prend une petite douche et hop, le labeur est tout de suite plus simple. Il fait la rencontre de Driss (Youssef Hajdi) au chantier puis son chemin croise celui de Lucie (Vimala Pons) dont il tombe vite amoureux et à qui il fait part de son secret.

Cette histoire très simple est complimentée par une approche totalement minimaliste. Lorsque Vincent utilise ses pouvoirs, il n'y a pas de musique dramatique ou d'effets spéciaux à outrance ou même de monologue sur les responsabilités ou le devoir de protéger les citoyens... Enfin vous connaissez tous le refrain, on y a le droit cinq fois par an dans les films de super héros qui polluent nos écrans. Cette approche quasiment muette que prend le film lui donne aussi un côté comédie à l'ancienne et la première moitié du film ressemble à une comédie romantique à la française avant de virer au thriller course poursuite (à la française aussi, ne nous alarmons pas).

Le film se place à donc à mi chemin entre le film d'auteur pur et dur et le côté plus commercial du héros bien malgré lui. La durée très courte du film lui donne aussi un air de pilote de série télé et même si Vincent essouffle un peu dans sa dernière partie, peut être que développer un peu le comment du pourquoi n'aurait pas fait de mal au film qui laisse parfois un petit arrière goût de travail inachevé.  L'originalité et le côté Frenchy de Vincent n'a pas d'écailles lui permet tout de même de sortir la tête de l'eau et de nous offrir là un étrange ovni fort sympathique.

Pas de commentaire.

Ajouter un commentaire